L'invité de 7h50 du 06/08/2015 : Claude Barral, vice-président délégué au tourisme

Agrandir le texteRéduire le texteImprimer

France Bleu Hérault, L'invité de 7h50 du 06/08/2015.
Invité : Claude Barral.
Sujet : Le tourisme.
Journaliste : Gérard Marty.

Bonjour Claude Barral

« Bonjour. »

Vous êtes en charge du tourisme dans l'Hérault, au conseil général, on a dit que le mois de juillet était finalement pas si mauvais que ça, même plutôt bon, vous confirmez ?


« II a été meilleur que 2014 mais... que juillet 2014, mais 2014 était la plus mauvaise année depuis dix ans. Alors il faut relativiser. En 2011 on avait fait 37 millions de nuitées. On n'a jamais atteint ce chiffre depuis. Si on fait 36 ou 37 ou 38, ça veut dire qu'on rejoint la meilleure année des dix dernières années. Ce serait un exploit. »

Et ça vous paraît jouable avec ce qu'il se profile au mois d'août ?

« Le mois d'août s'annonce très prometteur, les professionnels du tourisme estiment l'état des réservations tout-à-fait satisfaisantes, mais juillet qui a été bon par rapport à l'année dernière, n'a pas été exceptionnel. Il y a des secteurs qui à l'intérieur de l'activité touristique, des secteurs qui souffrent. Par exemple quand il fait très très chaud, bon le littoral tire son épingle du jeu, parce que les gens il leur faut de l'eau, mais par contre vous avez un tourisme situé dans l'espace rural ou en ville, qui fait grise mine pendant cette période. L'oenotourisme par exemple qui est un secteur... bon c'est très mode, c'est en plein développement etc. , avec les chaleurs qu'il fait
les gens ils vont pas aller... »

Crapahuter oui...dans les vignes. Ça c'est sûr.

« Et voilà quoi. »

Parlons maintenant de sous. Est-ce qu'on a une idée du ticket moyen si j'ose dire dépensé par le touriste dans l'Hérault ?

« Etre 40 et 50 euros par jour. »

Ce qui est pas beaucoup.

« Non, ce qui est pas beaucoup. »

Parce que ça comprend tout : l'hébergement...

« Oui oui. Ce qui apparaît aussi c'est que... on est le premier département français, bonne surprise, on est le premier département pour la clientèle française. Sinon on est concurrencé par la Charente-Maritime, on est premier pour la clientèle française. »

Battre la Charente-Maritime, excusez moi mais c'est pas un exploit. C'est facile. Non ?

« Ah non non non. C'est... Ils sont dans les trois premiers. La Charente, le Var et les Bouches du Rhône sont les trois premiers, nous on est quatrième. Globalement.»

Non mais je m'excuse auprès de nos auditeurs de Charente - Maritime pour ce mauvais esprit, typique de nos régions du sud [rires]...

« Les charentais qui vous écoutent ils vont pas apprécier... »

...extrêmement chauvines évidemment. Mais on a le droit aussi un peu de se moquer. Donc clientèle française. Clientèle française et populaire on peut dire. C'est quand même la caractéristique toujours.

« Oui... oui oui. On est le premier département pour l'hôtellerie de plein air. L'activité de camping. Il y a eu une amélioration de la qualité, sur les campings qui est assez considérable depuis dix ans. On n'en parle pas mais... »

Ah si quand même.

« La clientèle est populaire mais c'est aussi tiré par le haut. »

Donc finalement une saison qui est meilleure que l'an dernier mais si elle atteint des records ce sera un miracle.

« Voilà. On entend des cocoricos généraux un peu partout etc. c'est faux. La réalité est plus compliquée que ça. La situation s'améliore... Bon alors est-ce que c'est les premiers signes d'une reprise économique, du fait que le moral des français remonte, est-ce que c'est dû aux évènements qui se sont passés au Maghreb qui retiennent une certaine clientèle ici plutôt qui irait là bas ? Il y a un certain nombre d'éléments qu'il faut... analyser, qu'on n'a pas encore les moyens d'analyser dans le détail, mais ce qui est clair c'est que la situation s'améliore mais malgré cette amélioration l'année de 2015 ne sera pas une année exceptionnelle . »

Merci Claude Barral d'avoir été avec nous ce matin sur FBH.

« Merci, au revoir. »