L'invité de 7h50 : Jacques Rigaud, le point sur les interventions du SDIS 34

Agrandir le texteRéduire le texteImprimer

Jacques-Rigaud.pngFrance Bleu Hérault, L'invité de 7h50 du 0/03/2016 : Jacques Rigaud

Journaliste : Claire Moutarde

picto_ecouter.jpg

 

Ecoutez l'enregistrement sur FBH

 

Jacques Rigaud bonjour.
« Oui bonjour. »

Vous êtes le premier vice-président du SDIS dans l'Hérault. Le SDIS c'est bien de le rappeller de temps en temps c'est le service départemental d'incendie et de secours. Alors est-ce qu'il est envisagé de faire payer les interventions de pompiers dans l'Hérault comme c'est le cas désormais dans le Calvados, la Moselle ou l'Essonne ?
« Non, actuellement il n'est pas question de faire payer des interventions. Il y a des interventions déjà payantes, c'est en particulier la destruction de nids de frelons ou de guêpes. »

Sur l'Hérault, c'est ça grosso modo ?
« Dans l'Hérault voilà les interventions qui sont payantes. Uniquement ces destructions là. Egalement les interventions réalisées pour le compte d'une autre entité, par exemple dans les périmètres des autoroutes ou éventuellement des ascenseurs, mais c'est vraiment... »

Ah. Vous faites payer quand même par exemple quelqu'un qui est bloqué dans un ascenseur.
« Non. Non non. Non quelqu'un qui est bloqué dans un ascenseur non. C'est si... il y a un problème quelconque, vraiment s'il y a la sécurité de la personne qui est mise en danger non, non. Immédiatement les pompiers interviennent sans aucun problème. »

D'accord. Alors euh... les appels pour les destructions de nids ont baissé depuis que c'est payant, une quinzaine d'années, c'est plutôt un argument pour faire payer les interventions. Pourquoi vous, vous faites le choix de rester gratuits finalement pour... pour les Héraultais ?
« Ben le fait de rester gratuit pour l'instant c'est certainement dû au fait que quand même ça revient à 87 euros par habitant, donc ce qui est quand même relativement lourd pour les contribuables héraultais... »

D'accord, d'une certaine manière ils payent déjà. C'est ce que vous dites.
« On peut le dire ainsi oui. Tout-à-fait. »

Alors pourtant parfois on peut se poser la question de la responsabilité individuelle finalement, genre... un véliplanchiste qu'on doit secourir au large alors que le drapeau rouge est hissé, est-ce que dans ces cas là on peut pas se poser la question de la gratuité quand même ?
« Ecoutez cette question pour l'instant ne s'est pas du tout posée au niveau du SDIS de l'Hérault. Elle peut peut-être se poser dans les années à venir étant donné le coût important d'un SDIS puisque je tiens à rappeler quand même aux Héraultais que c'est 95 millions de fonctionnement, c'est 27 millions d'investissements en matériel ou en casernements donc c'est relativement lourd. Mais pour l'instant c'est... c'est... Je crois que c'est la responsabilité des personnes, vous l'avez souligné. De faire... d'être beaucoup plus vigilants. Mais pour autant doit-on ne pas porter secours ? Je crois que le problème est là. Vous savez il faut pas rester dans un système américain où on attend de savoir qui va payer. »

Mmmm.
« Pour l'instant le travail des sapeurs pompiers que d'ailleurs... j'en profite pour les... »

Pour les saluer...
« Pour les féliciter, mais pour autant c'est très très difficile de ne pas intervenir. »

D'accord. Vous, vous faites le choix finalement de ne pas faire de différence entre ce que l'on pourrait appeler une mission de confort et une mission d'urgence. Tout doit être gratuit, y compris aller chercher un chat dans un arbre par exemple... Ce que vous faites.
« Voilà. Ben pour l'instant oui. Pour l'instant c'est ce que je vous disais tout à l'heure, depuis... Pour l'instant. Le coût qui ne fait qu'augmenter puisque... il y a des populations quand même qui augmentent, il y a un vieillissement ce qui fait qu'il y a beaucoup d'interventions, il y a... pour les personnes âgées... »

Oui c'est les deux tiers, la grande majorité, les deux tiers des interventions pour l'aide à la personne, c'est beaucoup...
« Tout-à-fait. Pour le secours à la personne c'est les deux tiers. Ça augmente beaucoup par rapport au rôle des sapeurs pompiers. Tout-à-fait. »

Mais le service public doit être gratuit. C'est ce que vous nous dites Jacques Rigaud ce matin.
« Exactement pour l'instant. Alors quand est-ce que ça changera ? Si quoi ?

S'il y a trop d'abus ? C'est ça ?
« S'il y a trop d'abus, mais je pense que aujourd'hui les citoyens prennent conscience du coût important des secours, et puis également vraiment ce que le SDIS amène sur le département de l'Hérault, sur tout le département, c'est quand même 71 communes, 3 groupements, le centre de Vailhauquès, c'est quand même plus de 700 pompiers professionnels, il y a... »

3 500 volontaires.
« ...3 500 volontaires. Je veux dire c'est toutes ces femmes et ces hommes qui sont au service des Héraultaises et des Héraultais, je crois que... rien que ça, ça n'a pas de prix. »

Et gratuitement. Merci beaucoup Jacques Rigaud, merci d'avoir été l'invité de FBH.
« Merci à vous je vous souhaite une bonne journée. Au revoir. »

Mots clés :